PARIS SCIENCES & LETTRES (PSL)

Catalogue de l'exposition "D'Antigone à Marianne. Rêves et réalités de la République."

D’Antigone à Marianne. Rêves et réalités de la République. 
Collection des beaux-arts de Paris, 2017.

Préface de Jean-Marc Bustamante, directeur des Beaux-arts de Paris, textes d’Emmanuel Schwartz, conservateur des peintures et des sculptures aux Beaux-Arts de Paris, d’Olivier Christin et d’Anne Verjus.

L’Ecole des beaux-arts célèbre en 2017 le bicentenaire de son installation au coeur du quartier intellectuel de Paris. Cette institution fut démocratique avant même sa création par la Révolution française : l’Ancien Régime introduisit dans sa première incarnation, l’Ecole de l’Académie royale, un élitisme républicain que les hommes de 1789 n’eurent pas besoin de modifier. 

Pendant deux siècles, les sujets des compétitions, conformes à l’esthétique classique, évoquèrent les républiques athénienne et romaine. À travers des régimes qui n’étaient pas toujours des républiques, contre préjugés et clientélisme, l’institution demeura fidèle aux valeurs laïques. Les hésitations mêmes des républicains, alternativement bourgeois, populistes, nationalistes, pacifiques, féministes, socialistes, autoritaires, transparaissent dans les oeuvres et les carrières des élèves, les uns engagés – les sculpteurs en particulier, comme David d’Angers, Jules Dalou -, les autres prudents, comme Ingres. 

C’est dans les murs de l’École parisienne, après avoir appris d’Antigone la révolte individuelle, que la « République française » prit le visage et le bonnet de Marianne : on la reconnaît aisément sur les places de Paris, et les leçons des beaux-arts sont entendues sur trois continents.

Le CEDRE, un centre de Paris Sciences & Lettres

PLS Research Univerity Paris - Logo

Nos partenaires

0fb8096445e6a9ecf957f8c013e43b430000000000000000000000000