UNIVERSITÉ PSL (PARIS SCIENCES & LETTRES)

Colloque. « Dire la République : histoire conceptuelle et traduction en Amérique ibérique (XVIIIème-XIXème siècles) »

La jeune république de Colombie , Londres, juin 1820, AGN, Bogotá (photo. Georges Lomné)

Colloque sous la direction de Noemí Goldman (Institut Ravignani- Université de Buenos Aires-CONICET) et de Georges Lomné (Équipe ACP, EA 3350, Université de Paris-Est, Marne-la-Vallée, UPEM) dans le cadre d’une collaboration entre le Centre Européen des Études Républicaines (CEDRE, Paris Sciences et Lettres, PSL), la Casa de Velázquez, le projet et réseau international Iberconceptos, l’Instituto de Historia Argentina y Americana “Dr. E. Ravignani”, UBA-CONICET, le Grupo de Historia Intelectual de la Política Moderna de l’Université du Pays Basque (UPV-EHU), la Fondation Cilengua-Fundación San Millán, l’équipe de recherche Analyse Comparée des Pouvoirs de l’UPEM et l’Institut des Amériques (GIS IDA).

Le réseau de recherche international en « Histoire conceptuelle comparée du Monde ibéro-américain » (Iberconceptos) a mis en valeur :

– La créativité à laquelle ont donné lieu la traduction et l’adaptation des concepts politiques d’une langue nationale – ou régionale – dans une autre.

– Un contraste évident entre deux grands blocs politico-linguistiques: l’Empire espagnol et les jeunes républiques d’Amérique méridionale, d’un côté; les empires lusophones, portugais et brésilien, de l’autre.

L’analyse de ces phénomènes participe du renouveau historiographique affectant la compréhension des révolutions d’Indépendance et l’avènement du Libéralisme dans le monde ibérique durant la période dite de transition (1750-1850). L’idée s’est notamment imposée que la résurgence du républicanisme comme possible forme de gouvernement, s’est nourrie dans le registre politique d’un laboratoire conceptuel inédit, aux multiples ramifications atlantiques. Voilà pourquoi la perspective classique de l’histoire des idées – souvent conçue en termes d’influences univoques – a cédé la place à une histoire des transferts des concepts politiques, appliquée « à parts égales » entre les deux rives de l’Océan. La variété des expériences politiques retient ici l’attention, de même que leur articulation avec une dynamique propre à « l’hémisphère occidental » (nous désignons ici les deux Amériques, prise dans leur ensemble).

Le groupe « Traduction et transferts conceptuels (XVIIIème et XIXème siècles) » souhaite contribuer à l’analyse de ces phénomènes dans le cadre de la troisième phase du projet Iberconceptos. Ce groupe a pour principal objet d’approfondir la compréhension des formes de circulation, d’appropriation et de reformulation, des concepts politiques fondamentaux d’une langue dans une autre. L’histoire des transferts s’enrichira ici des progrès liés à celle, plus récente, des traductions. Les premiers résultats de cette entreprise méritent, à notre sens, d’être présentés lors d’un colloque à la Casa de Velázquez, en février 2018. Une série de travaux fera apparaître les diverses entreprises de traduction des concepts politiques et les circulations d’objets intellectuels – imprimés ou non – qui en résultèrent. L’accent sera porté sur le langage républicain, et sur les multiples glissements de sens entre le latin, le français, l’anglais, l’espagnol, le portugais et les langues régionales de la Péninsule ibérique. Une attention toute particulière sera portée aux langues amérindiennes : il convient en effet d’écrire l’histoire de la traduction et de la circulation des concepts politiques entre le castillan, le portugais et celles-ci. Là aussi, « à parts égales ».

Le CEDRE, un centre de l'Université PSL (Paris Sciences & Lettres)

PLS Research Univerity Paris - Logo

Nos partenaires

nec ut facilisis odio tempus fringilla accumsan libero Phasellus ultricies Donec